La grande colère des banlieues

Publié le par Solidarités et Libertés

Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs.

Les récents évenements de crise dans nos banlieues sont regrettables et condamnables. En effet, après la mort de deux jeunes éléctrocutés dans une centrale EDF, après l'explosion d'une bombe lacrymogène dans une banlieue a déclenchée toute une série d'émeutes allant, jusqu'à brûler plus de 5000 véhicules, des vingtaines d'écoles, des centres sociaux et culturels, des dizaines d'entreprises localisées dans des quartiers dits "sensibles", des églises (!), des autocars et violentés des policiers et des CRS, ainsi que 4 civils, dont un bébé de 11 mois.

Ces "émeutes" sont-elles liées aux évenements de Clichy-Sous-Bois ?

Ma réponse est NON !

En effet, je pense qu'il s'agit, certes, d'un élément déclencheur, mais les vraies raisons ne se trouvent pas là. Elles se trouvent dans la paupérisation des quarties, dans le chômage très élevé ( près de 50 % dans certainnes cités), dans la précarité des conditions de vie ( parfois à 7 dans un 50 m² ), dans la suppression de certaines subventions des associations venant en aide aux citoyens de ces cités. Mais, aussi et surtout, cela vient d'un sentiment d'être pointés du doigt à longueur de temps par les politiques, les médias et autres. Cela vient du sentiment de manque de reconnaissance de ces populations; souvent étrangères et pas bien intégrées. Et, cela provient de la volonté de la ghétoïsation des "pauvres" sur les mêmes sites en périphérie, éloignées de tout, par certaines politiques de la ville. Fallait-il que cela arrive ? Non, bien sûr ! Mais, il aurait fallu agir, bien avant que la "cocotte n'explose".

Il aurait fallu libérer le travail. C'est à dire, limiter la casse provoquée par l'assistanat à outrance. La meilleure politique de l'emploi est celle de l'incitation au travail. Concrètement, il est nécessaire d'installer une nouvelle politique de lutte contre le chômage. Assurer 90 % du salaire, en terme d'allocation d'aide au retour à l'emploi sur une durée limitée. Mais assurer, en échange, 4 rendez-vous par mois à L'ANPE, et aux missions locales de l'emploi, pour proposer des plates-formes d'orientations, des nouveaux postes, des missions, et surtout l'ouverture de nombreuses formations avec l'accès direct au retour à l'emploi à la clé. Mais cela impose de tripler le budget alloué à la politique de l'emploi, de tripler les centres de formations déjà existants et les améliorer pour permettre aux gens formés de rencontrer, dans le cadre de ces formations, le monde de l'entreprise. Et, il faut, donc briser le tabou de la mobilité géographique et professionnelle avec la levée des contraintes d'embauche et de licenciement, pour permettre de libérer le marché du travail. D'ailleurs, dans cette proposition, il est urgent de prendre en compte les particularités de chacun, en l'occurence les " jeunes de banlieues", pour adapter cette nouvelle politique du travail. Il est plus qu'urgent de lutter efficacement contre les discriminations raciales, sexuelles, et géographiques. Je veux, d'ailleurs, ajouter que, par le biais de ces centres de formations triplées, améliorés et adaptées à la situation actuelle, des centres de missions locales triplées, cela permettrait à ces habitants de sortir des banlieues, et favoriser la mixité sociale dans le marché du retour à l'emploi. C'est très important, et je le pense, ce serait motivant.

Ceci, n'est qu'une hypothèse, parmi tant d'autres, que je souhaiterais débattre et proposer avec vous, par le biais de ce blog.

Pour finir, vous l'aurais compris, que la politique de couvre-feu unique et de multiplication des effectifs policiers, ainsi que l'apprentissage dès 14 ans me paraît bien limitée, compte-tenu des problèmes que vivent réellemnt ces jeunes. Enfin, je veux apporter, quand même mon soutien, quoique relatif, au plan de rénovation urbaine de Jean-Louis Borloo, qui, pourra aider à désenclaver les cités et à les rénover.

Mais cela ne suffit pas...

A vous de proposer, de débattre et de me répondre.

Merci. M. DEVAUX

 

Publié dans Sujets de sociétés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article