La Palestine et le Hamas

Publié le par Solidarités et Libertés

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

Les Elections Législatives de Janvier 2006 en Palestine ont donnés un résultat, dit-on, surprenant.

Le Hamas a obtenu la Majorité des Sièges de l'Assemblée des Députés Palestiniens, avec 73 sièges. Arrivés en deuxième position, le Fatah, le Parti historique de Yasser Arafat, n'a obtenu que 45 sièges et les autres listes parlementaires, 13 sièges.

Le Président de l'OLP, Mahmoud Abbas, a donné l'autorisation au Hamas de former un Gouvernement. Certes, quelques portes-paroles, comme Saeb Erekat, du Fatah refusent de participer à ce futur Gouvernemnt.

Le Hamas a été élu avec ce Programme suivant. Le Hamas refuse la reconnaissance de l'Etat d'Israël et prône sa destruction. Il refuse de désarmer, car le Hamas a une branche armée et paramilitaire dangereuse voire terroriste. Ils déclarent vouloir la poursuite de leur Lutte, même au Pouvoir. Le Porte-Parole du Hamas, Mahmoud Zahan, a déclaré au Monde que celui-ci " ne doir pas [les] craindre, mais ceux qui [leur] ont volé leur Terre (Les Israëliens) doivent les craindre". Enfin, ont-ils décidés, tout de même, de ne rien céder aux Israëliens.

Pourtant, il s'agit d'un vote Populaire et démocratique. Le Peuple Palestinien ont voulu ce résultat. On ne peut le nier. Il s'agit, en apparence, d'un terrible paradoxe. Car, le Peuple Palestinien veulent la Paix réellement, à tel point, qu'il existe, par exemple, des liens étroits entre des Syndicats Palestiniens et Israëliens. Il existe, même, des liens très étroits entre le corps médical des deux Nations.

Cependant, ce vote est d'abord un Vote de Protestation, de résignation et de désepoir. Car, la Palestine est une région défavorisée, plutot pauvre et très inquiète, de par leur Economie, la corruption grandissante et les relations tendues avec le Reste du Monde. C'est un vote de souffrance et non d'adhésion.

C'est pour cette raison que l'on peut ne pas être surpris, tant que cela, du résultat de ces Elections.

Désormais, il est vrai, la situation au Proche-Orient risque d'être délicate. Car, même si le Hamas promet une trêve, certainement de courte durée, avec les Israëliens ( hudna), ils ne se désarmeront, vraisemblablement pas. Cela inquiète les Pouvoirs Israëliens et l'Administration Bush. Celui-ci menace, tout de même, de réduire les Aides venant de son Pays. Le Président Abbas menace de sa démission également. Et l'Europe se montre méfiante à cet égard.

Même si nous nous montrons inquiets pour la suite du processus de paix au Proche Orient, nous ne pouvons pas, non plus, s'affirmer fataliste quand à son évolution.

A côté de cela, il s'agit, pour l'Europe de se renforcer, au niveau diplomatique et au niveau des Affaires Internationales. Elle doit le faire pour mettre en place un dialogue multi-polaire entre l'Occident et le proche-Orient. Elle doit le faire, dans l'objectif d'aider à avancer dans le processus de Paix dans cette Région. Elle doit jouer le rôle de partenaire et de médiateur entre les Acteurs de cette Région fragilisée par presque soixante ans de conflits. Elle devra, si l'occasion se présente, affirmer son rôle d'arbitre par le Droit d'Ingérence qui doit être renforcé. Son droit d'Ingérence doit s'établir par l'Aide Humanitaire, le Dialogue, la médiation, voire plus, si nécessaire. L'Europe doit être un acteur puissant et unanime sur cette question, en particulier. L'Europe doit être présente, surtout, dans cette Période cruciale et peut-être dangereuse pour la Paix.

Nous devons continuer d'observer, attentivement, l'Evolution dans cette Partie du Globe.

N'hésitez pas à me laisser des commentaires sur ce sujet important qui nous touche tous.

Solidarités et Libertés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article