le Bilan du 1er tour des Municipales 2008

Publié le

Bonjour à toutes et à tous !


Le 1er tour des Elections municipales viennent de se dérouler, ce 9 Mars 2008.


Que faut-il en penser et en conclure ?



- L'UMP sort affaibli mais pas abbatu. En effet, l'UMP a perdu quelques-uns des fiefs qu'il détenait depuis longtemps. On peut penser à Alençon, dans l'Orne, Rouen, dans la Seine Maritime. L'UMP se trouve en ballotage défavorable dans beaucoup de villes, traditionnellement au Centre ou à Droite. On peut penser à Paris, Caen, reims, Marseille, strasbourg ou Toulouse.

Cela veut dire que l'UMP, au niveau Local, est déstabilisé par le Pouvoir en place. Mais beaucoup moins que prévu dans les sondages.

- le PS a gagné un certain nombre de villes détenus par la Droite. mais, surtout le PS se maintient dans les localités où le bilan est souvent jugé positif. En quelque sorte, on peut parler de "prime au sortant". C'est le cas de Lyon, de Cherbourg, Nantes, Lille ou Rennes. 

Alors la Gauche a gagné ? Oui, mais pas au niveau attendu.


Cependant, les grands perdants restent les Centristes.

- En effet, Jean-Marie Bockel risque de perdre Mulhouse, Pierre Albertini a perdu Rouen (en soutenant Nicolas Sarkozy, les Rouennais n'ont pas apprécié...), Marielle de Sarnez, à Paris, n'a pas fait le score qu'elle espérait. 

Mais la situation la plus dramatique réside à Pau. François Bayrou est en passe de perdre son pari de gagner la Mairie de Pau. 

On risque de constater que les centristes vont perdre leur forte implantation locale. parce que ni le Nouveau Centre, ni le Modem n' a réussi à s'imposer réellement.


Pourquoi ?

 - La première raison réside dans le fait que le Centre s'est éclaté au lieu de se réunir après la performance de François Bayrou au premier tour de la Présidentielle de 2007. Il faut le dire, les Centristes n'ont pas su profiter des 18,5 % du Président de la Nouvelle UDF de l'époque.

- Pour beaucoup de citoyens, le Nouveau centre est perçu comme un mouvement né d'une trahison des proches de François Bayrou pour aller chercher des Ministères chez Sarkozy. Alors que ces mêmes cadres de l'ex-UDF, n'ont eu de cesse de le critiquer pendant la campagne des présidentielles. 

- Mais, le MoDem, une fois crée, n'a été qu'une triste démonstration d'un Mouvement englué dans ses querelles et divisions internes.

De fait, les Centristes paient l'illisibilité causée par leurs divisions et leurs querelles.
 

- Je souhaite de tout coeur, que François Bayrou et les autres Centristes engagés au second tour de ces Municipales puissent bénéficer d'un effet de "correction" qui leur permettront, de s'assurer une nouvelle implantation locale.


- Mais, le second tour est, de nouveau, le théatre de querelles, car le MoDem n'a pas su, à mon sens, se définir une stratégie de report de voix pour ce second tour. Certes, les candidats centristes reportent leur voix sur la liste de leur choix. Cela se fait au niveau local. Mais, encore une fois, il y a les Modem qui s'engagent avec le PS et ceux qui s'engagent avec l'UMP.

- Il est vrai que les Instituions favorisent la bi-polarisation, donc le Centre réel est fragilisé dès qu'il se trouve confronté à faire un choix entre la Gauche et la droite. Cela implique, de fait, une orientation politique à se définir pour chaque Candidat Modem. Soit, le candidat se situe, par défaut, au centre-droite ou soit, au Centre-Gauche, suivant le choix qu'ils ont à faire. Ce souci se répercutera aussi au Niveau National.


- Ainsi, l'un des principaux enjeux de cette Campagne est l'avenir du Centre politique, de par sa position d'arbitre pour le Second Tour.


C'est une élection perdue pour le Centre, mais, pas complétement. Car, l'une des leçons de cette Campagne est que la gauche et la Droite auront toujours besoin du Centre.



Qu'en pensez-vous ?


Stéphane D

Commenter cet article

Laurent 12/03/2008 19:40

Tellement vrai et tellement triste.... D'un autre côté, que peut faire le centre? S'engager auprés d'une droite fortement décriée au niveau national ou d'une gauche mole incapable de gérer les problèmes du XXI ème siècle et avec des "C...s molles" à sa tête?D'un autre côté, pour exister autrement que lors des présidentielles, il faut des postes et agir sur le terrain et pour un centre, il est logique que les  alliances se fassent au cas par cas............Maintenant, je ne vois vraiment pas ce que le Modem pourrait faire d'autre, ni ce qu'il va devenir dans les années à venir..............