Les leçons du second tour des Municipales

Publié le

Bonjour à Toutes et à Tous !


Le second tour des élections Municipales viennent de s'achever. Nous pouvons, déjà, faire plusieurs constats :


- La Gauche a, largement, remportées ces Municipales. Elle a gagné un certain nombres de communes qui ont toujours été gérées par la Droite. On peut penser à Caen, strasbourg, Toulouse, Metz, Reims, Périgueux ou St-Etienne.

- La gauche a, aussi, récupérée des communes qui ont été gagnées par la droite en 2001. On parle de Blois, par exemple. Cela peut s'expliquer par un certain réequilibrage...

- La Droite, elle, gagne des bastions de la Gauche, comme Calais. Elle a, légèrement, remporté Marseille. Un certain nombre de ministres et de secrétaires d'Etat ont été élus ou maintenus. Ce qui limite la casse, selon certains. Mais, elle se retrouve, quand même, afaiblie.

- Le Centre, quand à lui, se retrouve mal en point. Le MoDem aura gagné L'Aigle, dans l'orne. Il aura gagné, aussi, la mairie du plessis Trévise (Jean-Jacques Jégou).
Mais le Modem a perdu Pau. François Bayrou a perdu son pari de s'imposer, personnellement, à Pau.

Le Nouveau Centre, lui, est le Mouvement Centriste qui limite la casse. même si cela reste limité. Mais Jean Dionis Du Séjour l'a emporté à Agen. Le Nouveau Centre reste assez présent dans les localités. Car, il se sera, souvent, présenté en lien avec l'UMP. Cela lui permettra de s'implanter plus facilement sur le terrain local, partout en France. On peut ajouter la victoire de jean-Marie Bockel à Mulhouse, avec l'étiquette "Gauche Moderne". Celle-ci reste en lien avec le NC.


Mais quels sont les enseignements que l'on peut retenir aujourd'hui ?



- Premièrement, le fait que la Gauche l'ait emporté largement ne signifie pas que celle-ci changera la façon de gouverner le pays. Car, les élections municipales resteront des élections Locales
Si elle l'a aussi bien emportée, c'est aussi, parce qu'elle a confondue la politique municipale et la politique Gouvernementale. Ce n'est que de la politique politicienne. 
Seulement, on n'explique pas ce que cela va donner, pour conséquences, l'augmentation de l'imposition locale. On n'explique pas non plus, que cela engendre déjà, des querelles de clochers à Gauche et que l'on se bat déjà, au PS, pour savoir qui le dirigera après le Congrès de Novembre. Cela s'annonce haut en couleurs !!

- Ensuite, la Droite UMP locale, n'est pas la Droite "Sarkozy". Ce qu'il faut savoir, c'est qu'il y a beaucoup d'UMP, qui ne sont pas toujours en accord avec tout ce que fait le Président. 
Mais surtout, ils ne sont pas tous d'accord sur la manière qu'a Nicolas Sarkozy d'assumer sa fonction Présidentielle. Il y a un certain nombre de Parlementaires et d'élus locaux UMP et NC qui souhaiteraient qu'il aborde sa fonction avec d'avantage de recul et de stature présidentielle. Et cela, en affichant moins sa vie privée et le côté "bling-bling" (terme à la mode...) 

Je suis persuadé, d'ailleurs que c'est une des raisons pour lesquelles le Centre et la Droite se soit, à ce point abstenu...


-  Enfin, le Centre commence à dévoiler son vrai visage. En effet, je ne suis pas "sorcier" en disant que le MoDem a largement contribué à la victoire du PS. Car, lorsque le Modem se maintenait au second tour, il faisait gagner la Gauche. Lorsque la fusion était possible, c'est avec la Gauche que cela s'est fait. Et, enfin, lorsque celui-ci fusionnait avec l'UMP, c'était source de défaite pour ce dernier. 

Par voie de conséquence, on peut dire que le MoDem est définitivement un parti de centre-gauche. Mais, un centre-gauche allié au PS, et même, parfois au PCF ! 
On aurait, simplement, souhaité que le MoDem le dise clairement à ses électeurs. A moins que ce mouvement soit, uniquement, l'organe "opportuniste" de son Président pour 2012 !...



Le Nouveau-Centre, quand à lui, a clairement donné sa sensibilité. Dès sa création, il s'est donné l'objectif d'être un mouvement qui veut défendre le Centre, ainsi que ses valeurs. Mais, constatant que les Institutions ne permettent pas autre chose que la bi-polarisation de la vie politique, il ne servait à rien de faire semblant. Donc, il faut choisir son orientation. cela permet d'être cohérent avec soi-même et de ne pas mentir à son électorat.

Alors, le Nouveau-Centre a choisi de défendre l'action de Nicolas Sarkozy. Mais vaut-il mieux défendre ceux qui veulent faire bouger les choses ou vaut-il mieux s'opposer systématiquement au risque de tomber dans la caricature et l'immobilisme ? 


Certes, l'action du Gouvernement portera, je l'espère, ses fruits. Même, si, pour le moment, on ne voit pas vraiment les avancées.


N'est-ce pas un message qu'a voulu porter les électeurs ? Car, je ne crois pas que le PS soit devenu plus crédible qu'avant et je ne crois guère, que ces derniers aient obtenus un "blanc-seing" de la part des électeurs après avoir fait leur choix, il y a 10 mois.


Qu'en pensez-vous ?

Stéphane D

Commenter cet article