Le CPE et la Crise politique

Publié le par Solidarités et Libertés

Mesdemoiselles, Mesdames et Messieurs,

Le Premier Ministre et son Gouvernement semblent dans une mauvaise posture. D'abord, les manifestations s'amplifient comme je le disais auparavent. Il y a le mouvement étudiant et lycéen d'aujourd'hui. Et, on peut craindre d'avantage, le mouvement de Samedi où se réunissent les Syndicats et les Partis de Gauches, ainsi que les Etudiants et Lycéens. Le Samedi est le jour de repos, outre le Dimanche pour la plupart des Français. On peut donc, s'attendre à une très grosse mobilisation. De plus, je crains les débordements provocateurs pour ces Manifs'.

Ainsi, le Gouvernement est, quelque part, menacé : 

En effet, s'il recule sur le CPE, il perdra de sa légitimité. Mais, s'il veut atténuer l'effet boomerang de cette crise. Il devra, certainement, le faire.

La réponse appartient à Jacques Chirac, d'affirmer son refus de promulguer la Loi ou d'utiliser l'article 10 de la Constitution prévoyant la relecture et un nouveau débat parlementaire sur ce sujet. Donc, ce texte sera, de nouveau, soumis au vote. Cela promettrait une grande secousse politique pour De Villepin. Mais, la réponse appartient , aussi, au Conseil Constitutionnel, saisi par la Gauche, d'invalider, tout ou partie de ce texte sur l'Egalité des Chances, où figure le volet sur le CPE. Cette possibilité là est moins probable.

Or, si Jacques Chirac et le Conseil Constitutionnel n'agissent pas en faveur de ceux qui sont "dans la rue" et qui n'attendent que cela, la crise, de toutes manières, va s'accentuer. De Villepin et son Gouvernement ne céderait pas ou peu. Mais il pourrait concéder, en particulier sur le sujet du non-motif de licenciement. Dans ce cas, cette Loi perdrait sa seule teneur plus ou moins libérale et aurait pour conséquence pour le Gouvernement, de ne faire qu'ajouter un nouveau contrat dans toute cette quirielle de contrats dits précaires déjà existants. Le CPE n'aura donc, pas l'impact voulu. Cela sera donc un échec de plus pour De Villepin.

Mais, de plus en plus, il est question du départ de De Villepin, si la crise ne se conclut pas rapidement. Soit, Jacques Chirac le sommera de partir, si, malgré les concessions faites sur la Loi, cela ne suffirait pas à calmer le jeu. Ou alors, De Villepin pourrait partir de lui-même s'il juge avoir été trop "amoché" par la crise actuelle.

Il faut voir, que dans un an et un mois, arrive la grande échéance présidentielle. Et cette crise ne sent pas bon du tout pour la Droite. A part si De Villepin sort victorieux de la crise (je n'y crois pas), il a perdu toutes ses chances de se présenter légitimement à cette élection. Il a, de toutes façon, perdu. A l'heure actuelle, c'est même suicidaire, pour lui et son camp, de penser un seul instant, pouvoir être présent à cette élection. Mais si De Villepin va se trouver, certainement, largement blessé par cette crise, Nicolas Sarkosy risque d'être entaché à son tour. Parce qu'il est président du Parti Majoritaire et que celui-ci défend le CPE, malgré des voix de plus en plus, nombreuses, discordantes à ce sujet. Mais, il est Ministre du Gouvernement De Villepin. A moins qu'il démissionne du Gouvernement pour se consacrer, entièrement à 2007, il devra, lui aussi, gérer la crise, à l'UMP, au Gouvernement et sur le Plan Intérieur. Cela risque, pour lui, d'être un handicap pour la suite. Même si la majorité des Français veulent encore voter pour lui au second tour de l'élection présidentielle.

Ce qu'il faut voir aussi et surtout. C'est que la Gauche va sortir victorieuse de cette crise, quoi qu'il arrive. Le plus tragique, est qu'ils n'ont rien à proposer, en échange. En effet, cette crise ouvre un grand boulevard politique pour la Gauche en 2007. Elle risque de remporter les échéances si l'on ne se sort pas de cette crise rapidement. Elle le fera, même sans programme réel. Et c'est un souci, surtout quand on connait la situation plus que dramatique de notre pays.

Donc, oui, on a  des raisons de s'inquiéter et de dire simplement que l'on est dans une crise politique sans précédent, surtout si celle-ci ne se finit pas rapidement.

Et vous que pensez-vous de cette crise ?

Solidarités et Libertés

 

 

Publié dans La vie politique

Commenter cet article

Marc d Héré 17/03/2006 10:25

Chers amis,
une proposition pour débloquer la situation , à partir du triptyque: négociations, améliorations, évaluations...
sur notre blog: http://initiativeeuropeenneetsociale.over-blog.com
Amitiés
marc d'Héré