Les idées pour Solidarités et Libertés

Publié le par Solidarités et Libertés

Mesdames, Mesdemoiselles et Messieurs,

 

 

 

Je pense qu'il est important pour tous que vous connaissiez mieux "Solidarités et Libertés".

 

 

C'est pour cela que nous avons décidé de mettre en ligne sur notre site, qui est le votre aussi, notre charte des Valeurs. Ce n'est, bien sûr, pas un programme. Mais, c'est une "liste" d'idées générales permettant de mieux nous situer. Ce sont nos idées qui peuvent être les vôtres. En tout cas, j'espère que cela peut vous aider à vous situer.

 

 

Nous l'avons développés sur 10 axes.

 

 

Nous pensons que la France est en phase de "déprime" en stade avancée. En effet, notre pays est victime de nombreux maux, qui la rendent si "désespérée".

 

               

 

Nous le voyons par le taux d'absentéisme en croissance perpétuelle, par le vote des extrêmes, par le manque de confiance des Français, et par rapport à nos hommes politiques et à leurs méthodes de gouvernances. Le pays en a assez de crier "à l'Aide" et d'avoir l'impression de ne pas se faire entendre et lorsqu'ils se font comprendre, les réponses apportées ne sont pas forcemment bien reçues par les Citoyens Français.

 

 

Les principaux maux que nous pouvons constater sont le chômage de masse en croissance, depuis bientôt trente ans, l'exclusion qui frappe de plus en plus, la fiscalité qui grimpe à vue d'oeil, l'environnement qui se dégrade quotidiennement de par les pratiques douteuses et contestables de certaines industries, de quelques cargos qui dégazent de façon sauvage, la pollution automobile, l'énergie utilisée en masse et souvent polluante...

 

Les maux sont aussi le creuset social qui croît de manière considérable entre des populations modestes enclavées dans des quartiers périphériques et des populations dites "nanties" ou du moins de classes moyennes, résidant dans des quartiers bien délimités et l'insécurité galopante dans nos banlieues et plus encore....

 

 

 Ces malaises sont aussi dûs, au manque de transparence dans les décisions Européennes et Nationales, dans le manque de vitalité et de démocratie dans nos Institutions.

 

Ainsi, nous proposons ces 10 axes que nous devons exploiter. Ce ne sont pas, forcemment, des vérités absolues, en soi. Mais, cela permettrait certainement de faire avancer la France avec la Société, avec une Economie libérée, des Institutions rénovées et démocratiques, avec une véritable Europe Politique, Sociale et Environnementale et Fédérale, et avec un système social rénové et plus compétent.

 

 

 

 

Voici nos dix axes :

 

 

 

Nous proposons, d'abord, de lutter contre le fléau du chômage de masse. Nous pensons qu'il faut sortir du système de l'assistanat total et remettre la France au Travail.

 

En effet, il faut créer une politique de l'emploi par l'incitation et par la récompense. Nous proposons, donc, d'allouer 90 % du dernier salaire indicatif à la personne ayant perdue un emploi, ou à celle qui ne parvient pas à en trouver. Ce, sur une durée limitée de 6 mois. En échange, il sera installée un contrat entre le demandeur d'emploi et l'organisme d'aide au retour à l'emploi. Celui-ci consisterait à imposer quatre rendez-vous mensuels, auprès d'un conseiller pour faire le point sur la situation personnelle et professionnelle du chômeur, de trouver un domaine d'activité propice à la reprise d'un travail et d'inciter à suivre une formation qualifiante ou orientative en vue de la reprise d'un emploi. .

 

Les Instituts de Formation devront travailler, en collaboration avec les entreprises demandeuses de salariés(ées) et établir un contrat avec celles-ci sur un quotas de réussite des gens formés et sur des embauches faisant suites à ces formations d'un nouveau type. Ainsi, les gens issues de ces formations ayant connues une réussite, donc une embauche préalable à celle-ci se verront récompensées d'une somme pour avoir décrochées un nouveau travail. Les entreprises ayant collaboré et réussi dans ce contrat doivent connaître une baisse de leurs charges patronnales, sur une durée limitée.

 

Tout ceci doit imposer une réforme en profondeur de l'ANPE, des Missions Locales et des Centres de Formation. Leur nombre d'établissement doit tripler, ainsi que leurs effectifs. Nous ne sommes pas défavorables à adresser une partie de la gestion des ces Institutions au Privé, à hauteur de 20 à 30 %. Cela permettrait de rendre plus efficace et responsable la gouvernance quotidienne des effectifs et des taux de réussite. Cette Direction, composée de partenaires sociaux, de Syndicats et des Représentants du "Privé" sera contrôlée, de manière régulière, par l'Etat et les Régions. Ceci a un coût. C'est pour cela, qu'il faut tripler les sommes allouées à la Politique de l'Emploi. Tony Blair, en Grande-Bretagne, a multiplier par 3 le budget du Ministère de l'Emploi. Et, aujourd'hui, cela donne "que" 5% de chômeurs au lieu des 11% connus auparavant.

 

Je propose, en outre, un assouplissement généralisé des 35 heures par le paiement largement majoré des heures supplémentaires pour celles et ceux qui le souhaitent. On doit libérer le travail.

 

 

 

Toutes ces Politique ont un coût. Il faut préciser que l'Etat Français connait un déficit et une Dette Publique record (2000 Milliards d'Euros)!

 

Il faudra, être amenés à les réduire, ne serait-ce que pour nos Générations à venir. L'Etat doit se serrer la ceinture en limitant ses dépenses dans certains domaines. Cela doit passer, par la fusion de certains Ministères. L'Objectif étant d'obtenir un Gouvernement composé de 15 Ministres. On peut fusionner le Ministère des PME-PMI avec celui du Commerce et de l'artisanat avec ceux des Finances et de l'Industrie. On pourrait voir fusionner le Ministère de l'Intérieur avec celui de la Défense. Cela imposerait de fusionner la Police avec la Gendarmerie en ne formant qu'un seul corps de sécurité et de défense, mais qui soit tout aussi efficace, voire plus. Cela se fait en Belgique. Nous pourrions donner d'autres exemples.

 

La limitation des dépenses passe aussi par la limitation de l'Assistanat à outrance, vu précédemment. Cela passe aussi par la création réelle du fameux guichet unique dans les Administrations Publiques. Ce qui favoriserait les contribuables, comme les Entreprises ainsi que leurs créations. Cela passe aussi par la Simplification de ces démarches.

 

 

 

 

Les Recettes de l'Etat doivent être revues et corrigées. Cela dit, dans un premier temps, si l'on veut baisser les Dépenses Publiques, on ne peut pas baisser trop rapidement et de façon approximative les Recettes.

 

C'est ainsi, que l'on peut, dans un premier temps, faire diminuer le déficit et les Dettes Publiques et donc respecter les Critères de Convergence. Ce, étant dit, il n'est pas interdit de vouloir relancer la Croissance par la baisse des charges patronales et salariales qui pèsent sur l'Activité.

 

Notamment, il serait souhaitable de favoriser la création d'entreprise par la suppression des charges patronales pendant la première année de cette création. Nous sommes, aussi, pour l'étalonnement des Tranches des Impôts sur le Revenu. Ainsi, pour responsabiliser et faire participer tous les Citoyens de ce Pays, il serait souhaitable que chacun d'entre nous paye des Impôts. Donc, le citoyen le plus pauvre ne paierait que 10 Euros par an. Mais, cela veut dire que les sommes à payer seraient équilibrées pour tous, car il y a plus de gens modestes que de nantis dans notre Société. Actuellement, il n'y a que 60 % de Français qui sont imposables. Ainsi, les recettes des Impôts ne baisseraient pas dans l'immédiat.

 

 

 

 

La Réforme de L'Etat passe aussi, par la Réforme de nos Institutions. C'est pourquoi, nous sommes favorables à la Création d'une Nouvelle Constitution, préparant alors l'avènement de la 6ème République. Celle-ci donnerait plus de pouvoirs au Parlement. Celui-ci proposerait 50 % des Lois et non 5%, comme aujourd'hui.

 

Il serait intéressant de supprimer l'article 49-3, qui autorise le Gouvernement à faire passer par la Force des Décrets ou des Lois. Cette Constitution doit mettre en place des pouvoirs et des Compétences Partagés. Ce serait une Constitution, plutôt de type parlementaire. Nous aurons l'occasion d'en reparler plus tard. Cela dit, nous proposons l'abolition du Sénat et du Conseil Général, qui sont peut-être des Institutions désuètes ou des échelons de trop pour la bonne marche de la Démocratie.

 

Les compétences des Conseils Généraux seraient redistribuées équitablement aux Communautés d'Agglomérations et aux Régions. Enfin, cette Constitution doit préciser et placer en priorité la Décentralisation, comme principe de base de notre Démocratie et du fonctionnement de certaines compétences de l'Etat. Celui-ci doit tendre, à l'avenir vers un fonctionnement proche du Système Fédéral. Nous devons être, au plus proche des Citoyens eux-mêmes. Car, la Politique, ce sont d'abord les Citoyens qui la font.

 

 

 

La Sécurité Sociale doit se refaire une Santé. En effet, nous pensons que si nous gardons notre système de retraite actuel, nous courrons vers la catastrophe. Dans 15 ans, il y aura 70% d'inactifs pour 30 % d'actifs. De plus, l'espérance de vie s'agrandit de plus en plus. C'est pour cette raison que nous proposons trois axes de réformes. Il est vrai que ce n'est pas très populaire, mais, pourtant, il le faut.

 

Nous proposons l'allongement du départ à la retraite à 65 ans, à partir de 2010. Nous proposons l'augmentation des cotisations salariales et patronales sur les retraîtes de 3% et l'augmentation de la CSG de 4%. Nous pourrons financer un peu mieux nos retraites, afin d'en garder un bon niveau pour celles à venir. Et pourquoi ne pas favoriser le complément des retraites par la Capitalisation individuelle et volontaire et choisir, à terme, nos régimes de mutuelles ?

 

 

La Sécurité Intérieure est une de nos priorités. Nous pensons que le retour de la Police de Proximité serait une bonne chose. Parce qu'elle permettrait de collaborer avec la Police d'investigation et de renouer le dialogue et la Confiance avec les Jeunes en difficulté.

 

Il faut que les Entreprises, les Collectivités locales et l'Etat reprennent le contact avec les lieus défavorisées et s'y installer, comme partout. Le Cordon Social doit être, de nouveau, instauré partout en France.

 

 Le Plan Borloo doit se poursuivre. Mais, la Justice doit être plus dissuasive. Elle doit punir sévèrement les crimes et délits et supprimer les remises de peines, quand cela est nécessaire. La Justice doit être indépendante et respectée. La Justice doit punir sévèrement dès le premier délit dès l'âge de 13 ans. Il faudra l'inviter à moins de laxisme très rapidement. Parce que le sentiment d'impunité devient un poison terrible pour les Jeunes de banlieues.

 

 

 

 

Notre priorité est aussi l'Education. Nous pensons qu'il est nécessaire de décentraliser, à un certain niveau sa gestion. En l'occurrence les Programmes et les Effectifs peuvent être accommodées par les Etablissements, sous le contrôle des Collectivités Locales et de l'Etat.

 

Il faut recentrer les cours primaires sur la lutte contre l'illetrisme et une éducation de base pour tout le Monde. On doit pouvoir savoir lire, calculer, se situer géographiquement et historiquement à la sortie du primaire. Il serait intéressant de faire connaître obligatoirement, au moins deux ou trois langues Européennes, à la Sortie des Collèges et des Lycées.

 

 Il faut vraiment insister sur le parcours personnalisé des élèves et revoir le fonctionnement et les contenus des formations et des diplômes qualifiants.

 

Nous sommes d'avis de réformer le système du Collège Unique et supprimer les Cartes Scolaires qui favorisent l'échec scolaire et la discrimination sociale et géographique dès le plus jeune âge. Il serait innovant de rendre obligatoire des stages en entreprises dès la 4ème, pour faire connaître, un peu, les réalités du Monde de l'Entreprise.

 

Enfin, les Universités doivent être plus autonomes et pouvoir travailler avec des entreprises et d'autres Universités à l'échelle Européenne. Nous ajoutons aussi, qu'il faut supprimer les tabous sur l'enseignement professionnel et être plus objectif quant à l'orientation des élèves, en fonction des besoins économiques et des aspirations de chaque individu. Ceci doit s’accompagner d’une revalorisation professionnelle des métiers du bâtiment, de l’hôtellerie et du commerce.

 

 

 

 

 

Une de nos plus grandes valeurs est celle liée au respect de l'Environnement. C'est ainsi, que nous proposons que les collectivités locales aient l'obligation d'utiliser les énergies renouvelables à l'échelle de 30 % de celles utilisées. Les entreprises qui choisiraient ce fonctionnement seraient en droit d'avoir des déductions fiscales importantes. Les Energies renouvelables sont l'énergie solaire, le chauffage au bois, la fabrication de l'Electricité par les Eoliennes et le Solaire.

 

Il serait intéressant que l'Europe instaure des Directives dans ce sens envers les Industries. Il est nécessaire de favoriser la production automobile sur la base de la consommation hybride, électrique ou à combustion hydrogénique. Les Collectivités Locales qui utiliseraient ce genre de carburant pour les transports ou pour les Véhicules de Fonction devront être récompensées par l'Etat et par l'Europe par des Subventions Ecologiques. Nous proposons que la vente de ce genre de transports soient taxés par la TVA de l'ordre de 5.5 % et non de 19.6 % pour les autres. Il s'agit de responsabiliser les Institutions, les Entreprises et les Citoyens sur le thème de l'Ecologie. L'Ecologie n'est pas un Parti, mais doit être une vraie politique.

 

 

 

 

l'Europe est, et doit devenir, une Réalité. Nous sommes pour l'Europe Fédérale. L'Union doit être Politique, Sociale, Fiscale, Ecologique et Militaire. Nous sommes pour l'harmonisation fiscale et sociale réelle, à terme.

 

Son fonctionnement doit être démocratisée et rendue transparente et intéressante pour les Citoyens Européens. Pour cela, il nous faut une Constitution fixant clairement les Attributions, les Modes d'élections, les coopérations entre Etats et les règles que doit fixer l'Europe. Nous sommes pour le renforcement du rôle du Parlement Européen et l'élection au Suffrage Universel Direct du Président de l'Europe. De plus, nous sommes pour la création d'un Vice-premier Ministre dans chaque Etat-membre qui sera chargé des Affaires Européennes et des Relations entre les deux Parlements (Nationaux et Européens). L'Europe est notre Affaire à tous. Elle est un Instrument formidable pour la Paix et pour la Multi polarisation de la Mondialisation. Nous sommes, en outre, pour la Création d'un nouveau CED. C'est à dire qu'il faut munir à l'Europe d'une véritable Défense Commune. Enfin, la plupart des décisions Environnementales doivent être prises au niveau Européen. Nous ajoutons que nous sommes opposés à l'entrée de la Turquie dans L'UE. Cela ne ferait que l'affaiblir !

 

 

 

 

 

Enfin, nous sommes solidaires des Pays du Tiers-Monde. Nous voulons la suppression simple et nette des dettes des Pays tiers-Mondistes. Nous souhaitons généraliser le droit d'Ingérence dans les Pays en danger démocratiques, ou sanitaires par le biais de l'ONU et de l'Europe. Il sera nécessaire de réformer l'OMC pour en faire un véritable gardien des dérives du Capitalisme financier et qui devra, comme c'est le cas, aujourd'hui, fixer des règles du Commerce Mondial. L'OMC devra être représenté par quasiment tous les Pays démocratiques du Monde. Nous sommes, aussi, pour la Création d'un Organisme Mondial de L'Environnement, à l'instar de l'OMC. Celle-ci devra être l'arbitre Mondial du respect de l'Environnement et le Gendarme Mondial veillant à la diminution des Effets de Serre et du Réchauffement climatique. C'est plus que nécessaire. C'est une vitalité pour nos générations futures. Tout ceci doit se faire, grâce notamment à l'Europe. C'est la raison pour laquelle, nous sommes profondément Européens et Européistes. Pour finir, il faudra instaurer réellement la Taxe Tobin, partout dans le Monde, pour financer l'aide au Développement des Pays du Tiers-Monde. Enfin, notre rêve serait de voir que la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen soit une règle Commune, Mondiale et respectée de tous.

 

 

 

Voici, donc, quelques pistes pour réfléchir, débattre et proposer un véritable changement politique. C'est ainsi, que nous nous débarrasserons des tabous, des idées reçues et des pressions pour proposer autre chose.

 

Nous pouvons donc, comprendre le sens de "Solidarités et Libertés".

 

 

 

 

M. DEVAUX

 

devaux.ste1@voila.fr

 

Tous à vos claviers pour me dire ce que vous en pensez !!

Publié dans solidaritesetlibertes

Commenter cet article