L'immigration : sujet qui fache...

Publié le par Solidarités et Libertés

Mesdemoiselles, Mesdames et Messieurs,

J'avais promis de parler de sujets qui fâchent à l'aube de cette campagne présidentielle.

Cela va être chose faite.

En effet, il ne faut pas se voiler la face, mais le sujet de l'immigration est un sujet sur lequel il faut vraiment se pencher et y apporter des réponses concrètes, loin des idéologies et des taboos. Parce qu'il est hors de question de confier uniquement à Philippe De Villiers ou à Jean-Marie Le Pen ce sujet qui est capital pour notre avenir en France et en Europe.

Il va falloir régler ce problème. Parce que ce n'est ni une solution pour les migrants, ni pour les Pays d'accueil. Parce que les Africains ou les autres, en venant en Europe, fuient la misère, les guerres, les risques imminents de SIDA, la dette et la corruption. En venant dans notre "eldorado" (qui n'en est pas un !), ils pensent fuir ces problèmes. Certes, mais ils en rencontrent d'autres. Ils rencontrent l'exclusion, le chomage, le mal-logement, le racisme, et les difficultés d'intégration ou d'assimilation que nous connaissons bien. Donc, l'immigration à grande échelle n'est pas une solution, surtout, si l'on ne régle pas les problèmes de base, en Afrique.

Alors, il faut avoir le courage, à Gauche, comme à droite, de dire STOP à ces flux migratoires trop importants, qui s'accentuent et qu'on ne saura gérer correctement et qui enfoncera l'Europe dans de plus gros problèmes encore. On le devine aisément.

Dire STOP, ce n'est pas renvoyer tout le Monde à la Frontière et s'arrêter là. C'est, déjà, s'occuper de nos immigrés qui sont installés chez nous et qui ne se sont pas intégrés ou assimilés correctement. Ensuite, oui, c'est stopper l'immigration incontrôlée et clandestine.

Nicolas Sarkosy, en ayant conclu un accord avec Abdoulade Waye (le président du Sénégal) a fait un pas important vers ce qu'il convient de faire. Oui, il faut négocier des quotas d'immigrants des Pays Africains vers l'Europe. Oui, il faut refuser d'accueillir d'avantage que ce qui a été négocié. Mais surtout, il faut, en échange, aider au développement des Africains qui restent chez eux.

C'est pour cela, que j'ai proposé de supprimer tout ou partie des dettes des Pays Africains pour repartir sur de bonnes bases et définir des accords de co-développement entre l'Europe et l'Afrique. Il faudra, donc, après avoir assaini les dettes, assainir leur Démocraties et provoquer un Plan Marschall des Pays en voie de développement contre les idéologies Intégristes et Islamistes, contre les Dictatures, contre le SIDA, pour rétablir un vrai équilibre sanitaire et pour établir un fonctionnement démocratique idéal pour les Africains.

Cela doit se faire avec l'Europe. Il n'y a qu'à l'échelle Européenne que l'on pourra travailler sérieusement sur ces sujets.

Parce que, ne l'oublions pas. La Mondialisation nous a rapproché, l'Europe et l'Afrique.

Il est évident que ce travail ne doit pas se faire unilatéralement de l'Europe vers l'Afrique. Mais cela doit se faire en combinaison entre les deux partenaires. Il faut rencontrer les Chefs d'Etats Africains. Leur proposer un quota et négocier des traités de co-développement, basé sur tout ce que j'ai cité précédemment. Certes, cela va se faire dans la durée. Mais n'est-ce pas là une solution à long terme pour régler bon nombre de problèmes.

Il faudra, pour cela que l'Europe soit forte et soit dotée d'Institutions fortes pour permettre cela. Il faudra, aussi, investir un budget conséquent. On le comprend aisément.

Il est évident qu'un tel processus ne se fera pas en douceur avec tous les chefs d'Etats Africains, comme cela s'est fait avec le Président Sénégalais. Il y a des Chefs d'Etats qui traiterons moins facilement que d'autres. C'est aussi pour cela que je n'hésite pas à apporter mon soutien à un droit d'ingérence international. Comme cela s'est fait au Kosovo.

Donc, on l'aura bien compris. Ce sujet sur l'Immigration n'implique pas que nos Frontières. Cela implique aussi les Pays Africains.

Un tel sujet mérite bien qu'on arrête de jouer sur les idéologies. Car, c'est bien trop grave pour le prendre à la légère comme le fait, l'extrème-Gauche. C'est aussi pour cela, qu'il faudra bien choisir notre nouveau Président de la République en 2007. Car, ce sujet est capital et ne peut-être traité qu'avec sérieux et avec une vision à long terme comme je l'ai expliqué.

Solidarités et Libertés.

PS : Je voulais remercier Gilles de sa contribution sur ce sujet.

Publié dans solidaritesetlibertes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Desurvire Daniel 03/02/2009 14:04

Curieuse coïncidence, mais le thème de votre discours se rapporte presque exactement, quand à l'idéologie générale, au titre de mon dernier ouvrage publié à Edilivre en 2008 (éditions Aparis) : "Des sujets qui fâches, la religion, le sexisme, l'écologie..."Il semble que la social-démocratie, ou le néojacobinisme rampant ne soit pas la panacée pour tout le monde. Encore merci de votre sens du discernement et du courage qu'implique d'oser affronter l'intellectualisme cousu et rampant de notre société, laquelle s'appuie un peu trop sur le prima des droits de l'homme et  la sacrosainte démocratie qui autorisent tous les égarements. Que ne ferait-on pas pour s'acheter une bonne conscience ? Daniel Desurvire (V. égal. http://monsite.orange.fr/desurvire5 et http://pyrrhon.blogsperso.orange.fr)