Devoir de réponse à Marine Le Pen

Publié le par Solidarités et Libertés

Bonjour à toutes et à tous,

 

Ce jeudi 9 Décembre, Marine Le Pen, à priori succédant à son père à la tête du Front National, était l'invitée de l'émission "A vous de juger" sur France 2. Elle a exposée ses idées et son futur programme.

Elle suscite un certain enthousiasme de la part d'un certain nombre d'électeurs, puisque 27 % des Français en ont une bonne opinion et 17 % sont prêt à voter pour elle en 2012. Je prends ces sondages au sérieux, car on voit bien que l'extrême-droite progresse très rapidement partout en Europe, notamment en Suède, en Hollande, en Hongrie ou en Suisse. Elle représente un grand danger pour 2012. Il faut en avoir conscience. J'ai bien peur que la France suive ce chemin si rien n'est fait et si aucun contre-projet de société sérieux n'est proposé en réponse.

Dans cet article, je vais, donc, m'exercer à répondre à Marine Le Pen, à ma modeste manière. Car, je crois que les valeurs que je défends et que défendent les Centristes sont celles qui peuvent permettre d'inverser le score du Front National.

 

D'abord, sur le thème des valeurs, contrairement à l'extrême droite, je crois en la République, et en toutes les valeurs qu'elle contient. En effet, je crois en une France fraternelle, libérale, humaniste et reconnaissante du travail par le mérite. Je crois en une France qui tend la main à l'autre, et en particulier au plus faible. Je crois, enfin, à l'égalité des chances pour tout le monde par la laïcité, et non par le rejet de l'autre, ni même par la discrimination, même positive soit elle. D'ailleurs, la défense de la laïcité n'est pas réservée, exclusivement, au FN.

 

Ensuite, sur le plan politique, je dois dire que Marine Le Pen, tout comme son père, est très forte pour commenter la vie politique française et ses dérives. C'est la raison pour laquelle, on doit montrer l'exemple, notamment sur le terrain. Il va falloir moraliser la vie politique.

Elle dit, en revanche, que l'UMP et le PS sont responsables de la crise dans laquelle nous sommes plongés depuis 2009. Elle dit aussi qu'il n'y a plus de différence entre la gauche et la droite. Elle a, en partie, raison.

Il faut, certes, songer à dépasser les clivages traditionnels et proposer une nouvelle alternative aux Français. Mais, je refuse que les électeurs aient à choisir, uniquement, la fameuse alternative que proposerait Marine Le Pen. Celle-ci représenterait le repli identitaire, les mesures xénophobes, la fermeture drastique des frontières, et le retour au Franc.

 

En effet, il existe une autre alternative. C'est celle que j'appellerais volontiers la Troisième Voie, qui ne peut être que le Centre. Un Centre rassemblé qui serait la réponse à la crise politique, économique et sociale que nous connaissons. Je dirais, même, qu'il restaurera une démocratie plus ouverte et une parole publique assumée.

 

Confrontons certaines propositions du FN avec celles que proposerait le Centre.

 

 

- Sur la question de l'Europe, Marine Le Pen pense que la réponse à la crise est la sortie de la France de l'Union Européenne et le retour au Franc. Je dis que c'est faux. Ce serait la pire chose à faire. Car, la France serait isolé, les prix, notamment ceux des produits pétroliers, augmenteraient de façon exorbitante et la puissance de notre Pays serait réduite à une portion congrue.

 

Je dis que la réponse à la crise est l'Europe. Mais, il faut que l'Europe se réalise complètement. Il faut construire l'Europe politique, sociale, militaire et diplomatique dès maintenant. Il faut construire cette Europe Fédérale qui répondrait d'une seule voix, qui additionnerait les forces de ses Etats-membres et qui se protégerait des délocalisations et de l'invasion des produits d'importation lointaine de façon réaliste et pragmatique. Il faut, aussi, une Europe unie, à géométrie variable. Il ne faut pas que l'Europe se divise. D'un côté, la France et l'Allemagne parlerait d'une seule voix, et puis il y aurait les autres.

Sur la question de la monnaie unique, il n'est pas question d'en sortir, mais il faut évaluer cette monnaie de façon à être productif face à la concurrence mondiale. D'où une gestion équilibrée impérative des finances des Etats-membres. On le sait bien, on sera obligé de passer par une cure d'austérité qu'il faut espérer la plus équitable et efficace possible. Vous voyez bien qu'il n'est pas question de fermer les frontières de la France, mais de mieux protéger l'économie et le Peuple Européen.

 

- Sur la question de la fiscalité et des retraites, Marine Le Pen propose, depuis peu, de revenir à la retraite à 60 ans et aux 40 annuités, sans rien réformer d'autres. De plus, elle propose de réduire les impôts sur le revenu et de baisser la TIPP. Elle propose, aussi, de réduire les charges sociales sans aucunes contreparties. Il va de soi que si l'on appliquait à la lettre ses propositions, la France courrait à la catastrophe.

Je dis qu'il faut réformer en profondeur le système des retraites. Il existe plus de 20 régimes de retraites différents. Il faut les fusionner en une seule formule générale avec un âge de départ à la retraite variant selon les professions, les réalités individuelles, les périodes de formations, etc... Cela s'appelle le système de retraites par points. Plus une personne travaille, plus elle cumule de points, et plus elle bénéficiera d'une retraite avantageuse. C'est reconnaître le mérite de chacun. On peut imaginer un niveau de retraite minimal pour les personnes n'ayant pu travailler suffisamment dans leur vie active pour des raisons multiples. Le système par points est le seul système qui allie justice sociale et efficacité. Il va de soi qu'une réforme comme celle là inclue une concertation sérieuse avec les partenaires sociaux pour définir les modalités, notamment du montant du point et de la retraite minimale.

La fiscalité, aussi, doit être réformée. Il faut mettre en place une fiscalité juste. L'ISF et le bouclier fiscal seraient remplacés par une nouvelle tranche d'imposition à 45 % pour les plus hauts revenus, et une taxation rééquilibrée sur le patrimoine. Enfin, on peut imaginer la mise en place de la TVA sociale, notamment, pour lutter efficacement contre les délocalisations. 

 

- Sur la question de l'immigration, je souhaite remercier Jean Duhamel. Car, il a réussi à faire dire à Marine Le Pen qu'elle avait des constatations sur ce sujet, mais n'avait aucune solutions. La seule chose qu'elle propose est la "préférence nationale" qui consisterait à ne garantir les minimums sociaux et les services de l'Etat aux seuls Français d'origine. Cela reviendrait à appauvrir les immigrés qui vivent sur notre territoire. Vous le savez, plus une population est appauvrie et géthoïsée, plus elle est violente et source de délinquance et de violence. Le FN n'a, donc, aucune solutions à la problématique de l'immigration continue.

Je crois qu'il faut replacer l'Homme au centre de toute décision politique. La réussite d'un projet passe par la mise en place d'une politique humaniste. Je crois que l'immigration en France est une chance et peut permettre de contribuer au rayonnement de notre pays. Cela dit, l'immigration clandestine doit être contrôlée et gérée à l'échelle européenne. Les camps de rétention administratives des sans-papiers doivent être humanisés et les séjours raccourcis. Il faut trouver des moyens de concertation avec les Pays émergents pour parvenir à une immigration partagée et permettre, grâce à l'Europe et aux Nations Unies, de venir en aide aux pays émergents sur le plan démocratique, sanitaire et social.

 

- Enfin, sur la question des libertés et de la démocratie, le FN a très peu de propositions à faire aux Français. Ne serait-ce que la mise en place de nombreux référendums sur des sujets tels que le rétablissement de la peine de mort, la fermeture des frontières ou la remise en cause du droit d'avortement.

Je dis que la démocratie française doit être assainie. Il faut proposer une 6ème république qui soit plus parlementaire, qui donne plus de pouvoirs de contrôle à la Cour des Comptes et au conseil Constitutionnel. Enfin, il serait envisageable de poursuivre l'effort de décentralisation. Il serait judicieux de donner plus de pouvoirs aux collectivités territoriales, qui sont, à même, de gérer la vie quotidienne des Français, sur un certain nombre de domaines. Cela permettrait de rapprocher l'élu du citoyen. Encore faudrait-il revoir certaines parties de la réforme territoriale votée récemment.

Enfin, pour réduire la fracture politique, je proposerais une sorte de "Grenelle de la Démocratie" qui permettrait la mise en place de politiques afin de replacer le citoyen dans le débat. Par exemple, il serait souhaitable de mettre en place le statut de mandat unique, la parité effective dans les Partis et dans les Assemblées. Il faut permettre une véritable représentation de la diversité Française dans la classe politique. Enfin, on pourrait reconnaître légalement et officiellement le vote blanc comme une expression démocratique comme une autre. En réalité, on reviendrait à reconnaître qu'un vote est une voix. Le vote blanc serait, aussi, une façon formidable de permettre une forme d'arbitrage citoyen par les urnes et ce serait une façon efficace de lutter contre l'extrème-droite et ses idées néfastes et dangereuses pour la France.

 

J'espère qu'avec ce long article, je vous ai convaincu de la non pertinence des idées défendues par Marine Le Pen et de la nécessité de la combattre, elle et ses idées, ainsi que son parti.

 

DEVAUX Stéphane

 

Commenter cet article