L'Etat doit s'engager à vraiment réduire son train de vie

Publié le par Solidarités et Libertés

Bonjour à toutes et à tous,

 

La Loi de finance de 2011 va être votée à l'assemblée nationale. On nous parle de rigueur et d'austérité. Mais, on nous dit, dans le même temps, que l'on n'augmentera pas les impôts...

On nous annonce que l'on va supprimer le bouclier fiscal et l'ISF. Personnellement, je trouve que c'est une excellente mesure. Je la réclame depuis longtemps. Or, cela ne rentrera pas immédiatement dans le budget à venir. Il va falloir attendre un an avant que cela ne rentre en vigueur. Cela dit, on ne nous propose aucun plan de remplacement pour récupérer les 3 milliards d'Euros manquants.

Les Centristes proposent de remplacer cela par une nouvelle tranche d'imposition, sur les revenus supérieurs à 100 000 € pour une personne seule et 200 000 € pour un couple, appliquée à 45 %. Ce qui permet, d'une part, de récupérer le "manque à percevoir", mais en plus, cela encouragerait la justice fiscale.

 

On nous parle de réduire le train de vie de l'Etat. D'un côté, on poursuit la suppression d'1 fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Tant mieux. Mais, dans un autre temps, on achète un avion présidentiel privé digne de l'"Air force one" du président américain. A t-on vraiment besoin d'un tel luxe si indécent en cette période, alors que la crise frappe les classes moyennes ?

Vous l'avez compris. Le compte n'y est pas. Cela n'est, donc, plus possible.

 

L'Etat et ceux qui le dirigent doivent montrer l'exemple. Chacun doit prendre conscience que l'on ne peut plus vivre à crédit comme cela. Rendez-vous compte, l'Etat va être obligé d'emprunter à nouveau pour payer les fonctionnaires au mois de Décembre pour les services du Ministère de l'Education Nationale, de l'Intérieur et de la Défense. Excusez du peu.

Il va falloir que l'on assume une véritable austérité sur les dépenses publiques. On doit réorganiser les services et les finances de l'Etat afin de réduire le déficit (qui atteint les 8 % du PIB, tout de même...) et rentrer dans le cadre des critères de convergence. Il est temps qu'ils se serrent la ceinture et que l'on prenne conscience de tout cela. Des politiques courageuses doivent être, enfin, prises dans ce sens-là !

Il ne s'agit pas de faire payer d'avantage les classes moyennes. Mais, il s'agirait, réellement, d'entamer une vraie réforme de fond de notre fiscalité. Il faut la simplifier et la rendre plus efficace, transparente et juste. C'est aussi comme cela que l'on réussira à réduire les déficits et les dettes record.

On pourrait, déjà, songer à supprimer toutes les niches fiscales ; qui font des cadeaux aux entreprises qui délocalisent par exemple ; et qui font perdre inutilement de l'argent à l'Etat.

Il serait intéressant, également, de réfléchir à la mise en place de la TVA sociale ou "TVA anti-délocalisation" qui permettrait de diminuer le coût de production de nos entreprises et de le répartir sur le coût de la consommation. Cela aurait pour conséquence de taxer, enfin, les produits qui viennent de l'importation lointaine. Donnons plus de chance à nos entreprises et permettons aux travailleurs de voir leur salaire net augmenter.

Il serait souhaitable de penser à la nécessité du prélèvement à la source d'un impôt sur le revenu qui serait fusionné avec la CSG. Ce serait un nouvel impôt prélevé directement et mensuellement sur la fiche de paie. Cela permettrait de baisser les coûts de fonctionnement de l'Etat et çà permettrait d'amplifier une progressivité de l'Impôt et une équité fiscale plus importante. Ainsi, le salarié sait, exactement, ce qui lui reste réellement.

Il serait bon, aussi, que l'on parvienne à ce que plus de Français puisse participer à cet effort, selon ses moyens. Seul environ la moitié des Français paient l'Impôt. En revanche, on doit retenir l'idée d'une nouvelle tranche d'imposition pour les plus hauts revenus, à 45 %.

Il est nécessaire de revenir sur la TVA à 5.5 % sur la restauration. Cela permettrait, à l'Etat, de récupérer 1.5 milliards d'Euros. D'autant plus que cette mesure n'a eu aucun impact sur l'emploi et la croissance dans ce secteur déjà en crise.

Enfin, j'estime que l'on devrait revenir sur l'idée de la taxe carbone. Elle ne devrait pas concerner, uniquement, que les ménages, mais elle devrait pousser les entreprises à fournir un effort supplémentaire pour le développement durable.

Pour finir, si l'Etat doit fournir un effort considérable en ce moment, il devrait être nécessaire de décentraliser d'avantage les pouvoirs aux collectivités territoriales. Une réflexion doit être menée dessus, surtout que la réforme territoriale, au demeurant vraiment incomplète, va s'appliquer dès 2014. C'est aussi cela que de réfléchir à une vraie réforme fiscale d'envergure.

 

Alors, au travail...

 

 

 

 

Commenter cet article